Histoire de Mezy

L’origine du nom MEZY semble provenir de Masiacus à l’époque de la Gaule romaine. La véritable histoire de Mézy remonte au 10e siècle où une fortification est dressée sur le domaine de Mézy pour assurer une défense avancée de Meulan contre les invasions.

A cause de sa valeur stratégique, la terre de Mézy est alors fief principal du vicomte de Meulan jusqu’au 13e siècle où elle devient simple paroisse. C’est à cette époque qu’est construite l’église ensuite restaurée au 16e siècle.

Au 17e siècle, Mézy jusqu’alors regroupé autour de l’église s’étend vers les hauteurs. A cette époque, la viticulture atteint son apogée sur le village pour laisser progressivement la place à la culture du petit pois hâtif. Au 18e siècle, un événement important dans l’histoire de Mézy : la construction de la route Paris-Mantes qui permet le désenclavement du village. A la fin de ce siècle, la première assemblée municipale est instituée pour assurer la gestion des affaires de la commune.

Lors de la révolution, les quatre piliers de la potence du Gibet sont arrachés et le poteau seigneurial brûlé.

C’est au 19e siècle (en 1879) qu’est construite la mairie, devenue depuis classes maternelles pour l’école. Cette construction a fini d’accentuer le déplacement du centre du village vers la rue Haute (actuellement rue Alfred Lasson). En 1984, la mairie a été transférée dans le château près de l’église.

 

Des personnages importants ont vécu à Mézy :

Berthe Morisot (peintre), Paul Poiret (couturier), Alfred Sauvy (économiste), Elvire Popesco (actrice), Colette Darfeuille (actrice) et d’autres y ont séjourné : Albert Dubout (dessinateur humoristique), Jean Jaurès (politicien), François-René Chateaubriand ( écrivain).



Historique des différents sites de Mezy

Église Saint Germain (Place Paul Bargeton)Eglise Saint Germain

Au XIIIe siècle, l'église est incendiée et en partie détruite par les Anglais pendant la guerre de 100 ans. C'est à Nicolas II de Pardieu, troisième seigneur de cette lignée, et sa femme Françoise de Senneville, qu'on doit la restauration de l'église.
Cette restauration concerne principalement le choeur et l'abside qui portent bien la marque du gothique du XVIe siècle, voire de la Renaissance. Les voûtes de la nef et des bas côtés furent remplacés par un plafonnage. La consécration de l'édifice restauré eut lieu le 19 novembre 1554, en présence du représentant de l'archevêque de Rouen. Une plaque de marbre apposée dans l'église commémore cette cérémonie.

Maison Saint-Anne (Rue de la Croix) Maison Saint-Anne

C'est l'une des plus anciennes maisons de Mézy. Son nom vient de la sculpture qui se trouvait dans sa niche, remplacée aujourd'hui par une représentation de Saint Denis.

Maison de Berthe Morisot (29 rue Alfred-Lasson)

Berthe Morizot est née le 14 janvier 1841 à Bourges. Elle est la troisième de quatre enfants.
En 1890, elle s'installe avec son mari à Mézy, dans une maison qui domine la Seine. Elle aménage un atelier dans un grenier et réalise 52 oeuvres à Mézy. (paysages, portraits où elle fait poser des enfants du village.).
En 1891, elle peint le tableau le plus célèbre de cet ensemble qui est Le cerisier. A cette même période elle découvre avec son mari, Eugène Manet, Le Mesnil, à Juziers, qu'ils acquièrent et où elle se retira quelques temps à la mort de son mari.

Lavoir des Marais (Sente des Marais)Lavoir des Marais

Il a été aménagé ici pour capter l'eau du ruisseau et alimenter en eau l'ancien château fort. Le bassin serait devenu une mare stagnante d'où le nom de "Marais" à cet endroit. C'est un type de lavoir couvert accompagné d'une charpente massive.

Tombe de Pierre-Étienne Érambert (Bois de Mézy)

Pierre-Étienne Erambert (1773 - 1861) fut maire à mézy de 1830 à 1861. En 1836, le conseil municipal lui rend hommage en nommant "rue Erambert" la rue Oymont.

Ancienne Mairie - École (Rue Alfred-Lasson)Ancienne Mairie

La croissance du village commence au XVIIe siècle et gagne les hauteurs. En 1787, la première assemblée municipale a lieu à Mézy-sur-Seine et en 1789 c'est le premier conseil élu.
14 septembre 1879 : Inauguration de l'école qui existe depuis le XVIIe siècle.
Aujourd'hui ce bâtiment est entièrement consacré à une école.

Villa Paul Poiret (Route d'Apremont)

Commandée au temps de sa splendeur à l'architecture Mallet-Stevens, la villa de Paul Poiret occupe un site exceptionnel, que le couturier a découvert en parcourant la Seine en bateau.
Restée inachevée en 1925, elle comporte un vaste espace de réception, avec de grandes baies vitrées qui le destinait à devenir un belvédère d'où on dominera la vallée, avec, au loin, la vision de Paris. Vendue en 1930 à la comédienne Elvire Popesco, qui y vit jusqu'en 1985, la villa de 1938 est rendue habitable par l'architecte Paul Boyer, qui la transforme en boulversant l'accès principal, en introduisant dans la cour une symétrie et une monumentalité nouvelle en installant sans retenue des hublots signes d'une "architecture paquebot" assez triviale.

Villa Paul PoiretVilla Paul Poiret



Quelques chiffres sur l’évolution de la population de Mézy :

1250 : 420 hab  >  1590 : 750 hab  >  1790 : 611 hab  >  1861 : 461 hab

1901 : 534 hab  >  1936 : 625 hab  >  1954 : 762 hab  >  1962 : 897 hab

1975 : 1345 hab  >  1981 : 1417 hab  >  1989 : 1717 hab  >  1990 : 1701 hab

1999 : 1815 hab  > 2008 : 1946 hab